Expo Le Bauhaus, l’esprit

Musée des Arts Décoratifs

« L’esprit » est sensé être au rendez-vous de l’exposition proposée par le musée des Arts Décoratifs. Trois ans avant les grandes festivités allemandes et internationales qui seront lancées depuis Dessau en l’honneur du centenaire de la création du Bauhaus en 2019, Paris anticipe. Hasard contrôlé ? certainement !

bauhaus

L’esprit du Bauhaus ce ne sont pas que des objets. Cette école est surtout une affaire humaine. En quatorze ans d’existence, le Bauhaus a connu trois lieux, trois directeurs et surtout, et c’est le plus important de nombreux changements et revirements de politiques. Cette aventure est l’oeuvre de Gropius, par son charisme et son ouverture d’esprit. De Weimar à Dessau, il affronte toutes les oppositions et surtout parvient à Dessau à creer un bâtiment programmatique : Il inaugure en décembre 1926 une école de lumières (l’inauguration est de nuit) et qui est aujourd’hui fraîchement restaurée et monument de l’Unesco.

Au Bauhaus, les élèves et futurs maîtres inventeront les chaises, meubles et décor de demain : Marcel Breuer et la chaise dite Kandinsky,  la lampe de Wagenfeld ou celle de Marianne Brandt, pièces devenues des best of dans l’histoire du design.

Mais l’école est une ambiance, une époque, un pays, des hommes, un directeur. C’est le jardin sacré de l’histoire de l’art allemande.

Aujourd’hui, alors que les Français célèbrent la grandeur de l’industrie allemande, il faut dire que cette prospérité remonte à un esprit différent du nôtres et ce depuis la fin du XIXe siècle. Les écoles d’Arts et Métiers ont été des viviers pour les industriels allemands, les travaux pratiques étaient obligatoires pour tous les ingénieurs, et aujourd’hui le système de l’apprentissage allemand, la présence d’un tissu industriel dense et dispersé jusque dans les contrées les plus rurales relèvent d’une mentalité bien impossible à transposer en France.

Car le Bauhaus n’est pas seulement le mariage à trois entre une école des Beaux-arts, une Ecole des Arts Décoratifs et l’industrie, mais c’est aussi une nouvelle pédagogie. Une pédagogie alternative proche de Montessori.

Aussi le Bauhaus n’est pas seulement l’affaire de quelques noms , Kandinsky, Klee, Schlemmer, Feininger, c’est l’affaire d’un tout , d’un esprit… Une alchimie qui fonctionna quatorze petites années, il y a presque un siècle, quelque part à l’est de l’Allemagne…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.